Reporters sans frontières

La Commission européenne apporte une solution insuffisante à la loi hongroise sur les médias

Publié le jeudi 17 février 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières prends acte des premières remarques et exigences posées par la commissaire européenne Neelie Kroes après l’étude diligentée par la Commission européenne de la loi hongroise controversée sur les médias.

« Les premières exigences posées par la Commission au gouvernement hongrois vont, certes, dans le bon sens mais ne suffiront pas à lever toutes les menaces qui pèsent sur l’indépendance des médias et sur la liberté de la presse depuis le vote de la loi, le 23 décembre 2010. Si la Commission s’assure du respect de quelques principes du droit communautaire et si elle remet clairement en cause la notion suspecte “d’équilibre de l’information”, elle reste curieusement silencieuse sur la création même du Conseil des médias et sur les prérogatives qui lui sont assignées, points qui sont au cœur de la controverse. Si selon les modifications envisagées, les médias internationaux peuvent échapper aux poursuites prévues, une épée de Damoclès pend toujours sur les organes de presse hongrois et les blogueurs actifs sur le territoire national. Les menaces qui pèsent sur la protection des sources, base du journalisme d’investigation, restent également toujours d’actualité. »

« La Commission européenne offre cependant au gouvernement et au Parlement hongrois une porte de sortie honorable et une ultime chance de réformer en profondeur une loi qui reste dans la plupart de ses prescriptions totalement inacceptable. Nous invitons les parlementaires hongrois à prendre leurs responsabilités et à annuler purement et simplement tous les points qui ne seraient pas liés à l’application des directives européennes. La création du Conseil des médias et l’ensemble de ses prérogatives doivent absolument être annulés. »

« Nous déplorons toutefois le silence “officiel” du Parlement européen qui s’est contenté d’un débat en séance plénière et n’est pas parvenu à voter une résolution condamnant sans ambigüité un texte de loi qui ternit l’image d’exemplarité de l’Union européenne dans la défense de la liberté de la presse. La crédibilité des résolutions du Parlement en matière de liberté d’expression dépend de sa capacité à réagir avec célérité et constance. Nous réitérons également notre appel à tous les groupes politiques du Parlement européen pour qu’ils prennent contact avec leurs homologues hongrois afin de les convaincre de procéder à l’ouverture d’un véritable débat avec l’ensemble des acteurs concernés. »

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums