Reporters sans frontières

1634

Accueil - Asie - Hongkong

Des journalistes menottés par la police

Publié le vendredi 26 avril 2002. .
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Dans une lettre adressée au chef de l’exécutif de Hong Kong, M.Tung Chee-hwa, Reporters sans frontières (RSF) a protesté contre les méthodes utilisées par la police à l’encontre de journalistes venus couvrir l’expulsion de demandeurs d’asile. "Après l’expulsion du dissident chinois Harry Wu, de telles méthodes, disparues depuis le début des années quatre-vingt, laissent penser que la couverture de certains sujets sensibles par la presse est désormais compromise à Hong Kong ", a déclaré Robert Ménard, secrétaire général de l’organisation. RSF a demandé au chef de l’exécutif l’ouverture d’une enquête afin de déterminer les circonstances exactes de cet incident.

image 162 x 149Selon les informations recueillies par RSF, au moins quatre journalistes ont été brièvement détenus par la police, le 25 avril 2002, en marge de l’expulsion de demandeurs d’asile du parc public de Charter Garden à Hong Kong. Ricky Chung et Bobby Tsui, respectivement photographes pour les quotidiens South China Morning Post et Sing Tao, ont été plaqués à terre par les forces de police avant d’être conduits dans le périmètre réservé aux médias. Ricky Chung a déclaré avoir été malmené par les policiers. Alors qu’il tentait de photographier la scène, Chan Chi-wai, journaliste pour le quotidien Ming Pao, a été assailli par quatre ou cinq policiers, qui l’ont traîné de force. Un officier de police l’aurait accusé de faire "obstruction".Fung Siu Wing, du quotidien Ming Pao, a été menotté par la police, tout comme Putt Kwong-lai, cameraman pour la chaîne de télévision Cable TV, hospitalisé peu après pour des blessures aux mains. Le commandant du district central de Hong Kong, Wong Pak-nin, a déclaré peu après l’incident : "Quand le climat devient très tendu, il peut y avoir des bousculades susceptibles d’être dangereuses. Nous ne voulions aucun blessé. Nous les avons menottés, et quand ils se sont calmés, nous les avons libérés". Le commissaire de police Tsang Yam-pui a, quant à lui, déploré ces incidents "malheureux" entre la police et les journalistes.

Le 15 avril dernier, le dissident chinois Harry Wu, résident aux Etats-Unis, avait été refoulé à son arrivée à l’aéroport de Hong Kong par des responsables du service de l’immigration. Le journaliste néo-zélandais qui l’accompagnait avait été renvoyé aux Etats-Unis dans la nuit.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums