Reporters sans frontières

Macabre réapparition du journaliste Alfredo Villatoro six jours après sa disparition

Macabre réapparition du journaliste Alfredo Villatoro six jours après sa disparition

Publié le mercredi 16 mai 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Coordinateur de programmes et lui-même présentateur de la radio HRN, Alfredo Villatoro a été retrouvé assassiné, le 15 mai 2012 à proximité de Tegucigalpa, six jours après son enlèvement.

“Avec la mort d’Erick Martinez, le 5 mai dernier, puis celle d’Alfredo Villatoro, la profession aura perdu deux de ses représentants en dix jours, alors que menaces, attaques et agressions demeurent le lot quasi quotidien des journalistes. Dans un tel contexte, où la délinquance commune, les agissements du crime organisé et la violence politique minent la sécurité du pays et la survie des libertés publiques fondamentales, aucune lutte contre l’impunité ne saurait aboutir sans une réforme en profondeur du système judiciaire associant l’ensemble de la société civile et des observateurs internationaux. Le défi est lourd, mais il ne peut plus attendre”, a déclaré Reporters sans frontières.

Le corps d’Alfredo Villatoro, exécuté de deux balles dans la tête, a été retrouvé revêtu d’un uniforme de la police, administration mise en cause dans de graves affaires de violation des droits de l’homme. Peu de temps avant la macabre découverte, le président de la République Porfirio Lobo a curieusement fait état d’indices selon lesquels le journaliste était en vie. Information plus tard démentie par son propre ministre de la Sécurité, Pompeyo Bonilla.

Ce crime porte à 26 le nombre de journalistes tués dans le pays en une décennie, dont 20 durant la seule période consécutive au coup d’État du 28 juin 2009. Le Honduras compte, avec le Mexique et la Colombie, parmi les pays les plus dangereux du continent pour la profession.


09.05.12 - Une figure de la défense des droits de l’homme disparaît avec le journaliste Erick Martínez

Erick Martínez Ávila avait 32 ans. Signalé disparu par sa famille le 5 mai 2012, il a été retrouvé le surlendemain sur une route reliant Tegucigalpa à Olancho. L’absence de traces de blessure étaye pour l’instant l’hypothèse d’un homicide par asphyxie. Reporters sans frontières exige justice dans cette nouvelle affaire.

Journaliste et défenseur des droits de l’homme, il était connu comme porte-parole de Kukulcán, organisation de défense des droits des minorités lesbienne, gay, bisexuelle et transsexuelle (LGBT). Il briguait depuis peu l’investiture comme candidat à la députation, dans le cadre des prochaines primaires, prévues en novembre prochain, du parti Libre, bras politique du Front national de résistance populaire, créé par l’ancien président Manuel Zelaya, renversé par le coup d’État du 28 juin 2009.

“Par ses engagements et ses activités, Erick Martínez représentait une cible désignée pour les prédateurs des droits de l’homme et du pluralisme, alors que le pays compte désormais 27 journalistes tués en une décennie, dont 20 durant la période consécutive au coup d’État. Le cas d’Erick Martínez n’est pas sans rappeler celui d’un autre journaliste et activiste gay, Walter Tróchez, dont l’assassinat, en décembre 2009, reste à ce jour impuni. A qui sera confié l’enquête ? Quand débutera-t-elle ? Les combats portés par Erick Martínez feront-ils l’objet d’un nécessaire débat au sein de la société hondurienne ? A travers cette nouvelle victime, ce n’est pas seulement une profession mais l’ensemble des citoyens engagés dans la défense des libertés fondamentales qui est atteint”, a déclaré Reporters sans frontières.

Rappelant ses demandes formulées lors de la réintégration du Honduras à l’Organisation des États américains (OEA), Reporters sans frontières continue de soutenir le principe d’une mission d’enquête internationale pour faire la lumière sur les violations des droits de l’homme les plus graves commises ces dernières années, dont celle-ci”, a ajouté l’organisation.

Reporters sans frontières a également eu connaissance de l’enlèvement par des hommes armés, dans la matinée du 9 mai à Tegucigalpa, du journaliste et coordinateur de la radio HRN Alfredo Villatoro, alors qu’il se rendait au travail. L’organisation espère que les opérations engagées pour localiser le collègue permettront de le retrouver rapidement sain et sauf.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums