Reporters sans frontières

Conflits agraires : journalistes et défenseurs des droits humains stigmatisés par la police et l'armée

Conflits agraires : journalistes et défenseurs des droits humains stigmatisés par la police et l’armée

Publié le jeudi 21 février 2013. Mis à jour le vendredi 22 février 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Le Comité des familles de détenus disparus au Honduras (Cofadeh) a informé Reporters sans frontières des très graves accusations formulées, le 18 février 2013, par le commandant de la Force d’intervention militaire conjointe Xatruch contre plusieurs journalistes, défenseurs des droits humains et représentants des mouvements sociaux informant des événements survenus dans la région militarisée du Bas Aguán. L’organisation voit dans cette initiative une claire manœuvre d’intimidation et de censure, et craint pour la vie de personnes engagées au service de l’information dans un contexte particulièrement dangereux.

Au cours d’une conférence de presse, le colonel Germán Antonio Alfaro Escalante a nommément accusé le journaliste Marvin Palacios, membre du Cofadeh, Wilfredo Paz, porte-parole de l’Observatoire permanent international des droits de l’homme dans l’Aguán, Vitalino Alvarez et Yony Rivas, dirigeants du Mouvement paysan unifié de l’Aguán (MUCA) – locuteurs réguliers des radios communautaires locales – ainsi que le Comité pour la défense des droits de l’homme au Honduras (Codeh), de “dénigrer les actions des forces armées” et de “salir l’image de la nation hondurienne”. Le communiqué produit par le haut gradé accuse des mêmes griefs d’autres personnes “qui se dissimulent sous l’anonymat”. Les portails d’informations defensoresenlinea.com (journal en ligne du Cofadeh), voselsoberano.com et hondurastierralibre.com sont également ciblés.

“Cette forme de stigmatisation publique expose directement les intéressés à des risques importants, compte tenu de la situation des droits humains dans l’Aguán et, plus largement, au Honduras, où la criminalisation est systématique envers ceux qui osent informer des conflits agraires et environnementaux. Le gouvernement se doit d’expliquer à quel titre un haut gradé militaire, censément soumis à l’autorité du pouvoir politique, a pris cette initiative. Il y a là un vrai péril pour la liberté d’informer, dont les instances internationales et interaméricaines doivent être saisies”, a déclaré Reporters sans frontières, qui rappelle que le Honduras compte 30 journalistes assassinés depuis une décennie, dont 25 depuis le coup d’État du 28 juin 2009. L’organisation attend toujours la réponse gouvernementale à ses demandes de protection adaptée en faveur de journalistes ou défenseurs des droits de l’homme dont elle a plaidé la cause.

La Force d’intervention Xatruch compte plus de 500 militaires et policiers dont l’objectif est de “conduire des opérations de stabilisation dans le département de Colón”. “Dans le respect des droits humains et de la dignité de la personne”, selon les dires du commandant, afin de garantir “le respect de la propriété privée” en ce qui concerne les terres agricoles. “Ce communiqué est une insulte à tous ceux qui dénoncent les violations des droits humains et subissent eux-mêmes les menaces récurrentes de la part des forces armées. Ces militaires et policiers ne font rien pour arrêter les exactions des milices des propriétaires terriens qui nous persécutent”, a confié à Reporters sans frontières Vitalino Alvarez. “C’est un acte de censure caractérisé. Et la menace concerne même les grands médias, comme El Heraldo, à la moindre information publiée sur la situation dans l’Aguán”, a poursuivi le porte-parole du MUCA, qui nous précise qu’une conférence de presse mobilisant les organisations concernées doit avoir lieu ce 21 février dans la capitale, Tegucigalpa.

Le 19 février 2013, le Cofadeh a répliqué en dénonçant la “militarisation du pays”, à travers la présence des forces armées dans les rues ou au sein des institutions, l’analysant comme une “stratégie d’annihilation des demandes et des réclamations citoyennes”. Le communiqué du Cofadeh dénonce également l’usage des armes, des bombes lacrymogènes, de la torture, des détentions, ainsi que la criminalisation des luttes sociales et les attaques contre la presse par l’unité militaire Xatruch.

Le danger lié à la couverture informative des conflits agraires et environnementaux est également attesté par les menaces policières proférées, le 18 février, contre Isaac Leonardo Guevara Amaya, correspondant de Radio Progreso à Tela (Nord) et fondateur de la radio communautaire Exclusiva. D’après le Comité pour la libre expression (C-Libre, organisation partenaire de Reporters sans frontières), le journaliste est connu pour rendre compte de la contestation contre les projets d’extraction minière à ciel ouvert, sur le littoral Atlantique.

Reporters sans frontières réitère son appel à la protection en faveur des journalistes de Radio Progreso. L’assassinat, le 14 juillet 2011, de son correspondant Nery Jeremía Orellana, directeur de la radio Joconguera à Candelaria (Ouest), reste à ce jour impuni.

Les conflits agraires, miniers et environnementaux figurent parmi les principaux contextes d’atteintes graves à la liberté d’informer dans toute l’Amérique latine.

(Photo, de gauche à droite : Wilfredo Paz, Juan Chinchilla, Osman del Cid, Yony Rivas, Marvin Palacios)

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums