Reporters sans frontières

La décision d'expulser le chef de la RTP finalement annulée

La décision d’expulser le chef de la RTP finalement annulée

Publié le lundi 5 novembre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EnglishEspañol

Reporters sans frontières a appris avec satisfaction que les autorités de Bissau sont revenues sur leur décision d’expulser le chef du bureau de la Radio-Télévision Portugaise (RTP), Fernando Gomes, et qu’elles se sont entendues avec la RTP pour assurer la sécurité du journaliste face aux diverses menaces proférées à son encontre par des militaires. L’organisation espère que, au-delà du cas de Fernando Gomes, cette mesure marquera la fin des pressions exercées sur la presse en Guinée-Bissau.


02.11.2012 - Le chef du bureau de la RTP expulsé de Bissau, climat délétère pour la presse

Reporters sans frontières déplore l’expulsion par les autorités de Bissau du chef du bureau de la Radio-Télévision Portugaise (RTP), Fernando Gomes, et s’inquiète du climat extrêmement délétère dans lequel exercent actuellement les journalistes de ce pays. Le journaliste portugais doit regagner Lisbonne le 2 novembre 2012 alors que des menaces de mort directes et explicites ont été adressées à la presse par un haut responsable militaire.

Le renvoi du délégué de la RTP intervient alors que les relations entre Bissau et le Portugal se sont sensiblement tendues, les autorités de transition accusant l’ancienne puissance coloniale d’être derrière l’attaque d’une caserne, le 21 octobre à Bissau, dans le but de remettre au pouvoir l’ex-Premier ministre Carlos Gomes Junior.

Il est reproché à Fernando Gomes des "reportages hostiles" au gouvernement de transition, issu du coup d’Etat militaire du 12 avril qui a renversé le régime de Carlos Gomes Junior, entre deux tours de l’élection présidentielle.

Contacté par Reporters sans frontières, Fernando Gomes a affirmé n’avoir pas été averti directement de son expulsion mais dit avoir appris la nouvelle par le conseil d’administration de la RTP, qui avait lui-même reçu une lettre du ministre de la Communication et porte-parole du gouvernement, Fernando Vaz, le 29 octobre 2012.

Un de ses collègues, cité par l’Agence France-Presse (AFP) affirme : "M. Gomes n’a fait que son travail. Il a été plusieurs fois houspillé ou insulté par des soldats lors de reportages". L’AFP rapporte que Fernando Gomes avait notamment été pris à partie par des soldats, le 27 octobre, lors de l’arrestation, dans la localité de Bolama, sur une île des Bijagos, du capitaine Pensau N’Tchama, cerveau présumé de l’attaque du 21 octobre dans la capitale.

"Nous travaillons tous la peur au ventre", a confié un journaliste de Bissau à Reporters sans frontières. Le 30 octobre, lors d’un point de presse au siège de l’état-major, le chef d’état-major a menacé : "Le journaliste qui posera des questions sur l’assassinat de l’ancien président Nino Vieira ne sortira pas vivant de cette caserne. Je le tuerai. Nous sommes en situation de guerre".

Affligée par ces menaces directes et le climat de terreur qu’elles engendrent, Reporters sans frontières demande aux autorités de Bissau de cesser immédiatement cette politique d’intimidation à l’encontre des journalistes. "Répandre la peur pour s’attirer une couverture médiatique morne et complaisante n’est pas digne d’un gouvernement préparant des élections, prévues en avril 2013. Le pluralisme et l’indépendance des médias doivent être respectés, de même que la sécurité des journalistes doit être garantie", a conclu l’organisation.

Lire aussi deux rapports de Reporters sans frontières :

Photo : Fernando Gomes pris à partie par le ministre de la Défense, Celestino de Carvalho, le 21 octobre dernier à Bissau.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums