Reporters sans frontières

Quatorze journalistes arrêtés lors d’une opération de Greenpeace

Publié le mardi 21 janvier 2003.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Le 20 janvier 2003, quatorze journalistes ont été arrêtés par la police alors qu’ils couvraient une opération de l’organisation écologiste Greenpeace contre l’ancrage au large de Gibraltar du Vegamagna, un pétrolier monocoque construit en 1978, qui réalise des opérations de transvasement pour le compte de la firme gibraltarienne Vemaoil.

"Nous protestons contre l’arrestation de ces journalistes dans l’exercice de leur métier et nous vous demandons de faire toute la lumière sur les circonstances de cette interpellation en mer, qui aurait pu mettre en danger la vie des journalistes" a déclaré Robert Ménard, dans un courrier adressé à Jack Straw, ministre des Affaires étrangères britannique.

Les quatorze journalistes, embarqués sur trois canots pneumatiques avec six militants de l’organisation, ont été interceptés par la police de Gibraltar aux environs de 10h30. Les journalistes espagnols couvraient cette manifestation pour les quotidiens El Pais et El Mundo, l’agence de presse Associated Press, les télévisions privées Telecinco et Antena 3, les télévisions publiques RTVE et Canal Sur, ainsi que le journal local Europa Sur. Virgilio Moreno, cameraman, et José Marin, de la télévision privée Telecinco, ont été libérés aux environs de 22h30, après avoir payé une caution de 1 600 euros. Ils doivent comparaître le 21 janvier devant les autorités judiciaires pour insulte à agent et refus d’obtempérer. Les autres journalistes ont été libérés vers 19h30. D’après Isaias Bueno, cameraman pour la télévision RTVE, et Mario Rodriguez, responsable de la manifestation de Greenpeace, l’intervention de la police a été dangereuse et violente.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums