Reporters sans frontières

34182

Accueil - Afrique - Gambie

Reporters sans frontières publie la déclaration qui a valu la prison à six journalistes

Reporters sans frontières publie la déclaration qui a valu la prison à six journalistes

Publié le mercredi 19 août 2009.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières réitère son extrême inquiétude concernant le sort des six journalistes condamnés à deux ans de prison le 6 août et actuellement emprisonnés. Le 17 août, ceux-ci ont fait appel de la décision de la Haute Cour de justice de Banjul qui avait confirmé les charges de diffamations et de séditions retenues contre eux. Le procès en appel se déroulera en octobre.

Ces derniers jours, les six journalistes ont pu recevoir des visites. D’après leurs proches, ils gardent tous un bon état d’esprit et l’espoir d’être bientôt libérés.

Cinq hommes, Emil Touray, Pa Modou Faal, Ebrima Sawaneh, Sam Sarr et Pap Saine, très malade, sont détenus au pénitancier de Old Jeshwang. La seule femme, Sarata Jabbi-Dibba, est incarcérée à la prison Mile Two à Banjul. On lui a retiré son bébé de sept mois le 8 août. Ils ont tous été reconnus coupables de "diffamation" et de "sédition" pour avoir publié une déclaration de la Gambia Press Union (GPU).

Cet article que Reporters sans frontières rend ici public appellait le président Yahya Jammeh à reconnaître la responsabilité de son gouvernement dans l’assassinat, en 2004, du journaliste Deyda Hydara. Ce texte a été publié le 12 juin par le journal d’opposition Foroyaa et le 15 juin par le quotidien indépendant The Point.

Lire le communiqué du GPU :

PDF - 273.9 ko

13.08.09 - Six journalistes emprisonnés, dont une femme à qui on a retiré son bébé

Six journalistes, Emil Touray, Pa Modou Faal, Pap Saine, Ebrima Sawaneh, Sam Sarr et Sarrata Jabbi-Dibba sont emprisonnés en Gambie depuis le 6 août 2009. Lundi 10 août 2009, cinq d’entre eux ont été transférés à la prison Old Jeshwang dans le nord du pays. Seule Sarrata Jabbi-Didda est toujours incarcérée à la prison Mile Two située à Banjul, la capitale. Le 8 août, les gardiens lui faisant croire à une visite médicale de routine, lui ont retiré son bébé qu’elle allaitait. Par la suite, ils lui ont promis qu’elle pourrait voir l’enfant au moins deux fois par jour. Or, le bébé se trouve entre les mains des services gambiens pour l’enfance situés à Bakoteh, à vingt kilomètres de la capitale. Sarrata n’a pas revu son enfant depuis le 8 août.

Par ailleurs, Reporters sans frontières réitère son inquiètude au sujet de l’état de santé de Pap Saine qui souffre d’une pathologie cardiarque nécéssitant une intervention chirurgicale rapide. Déjà, lors d’une audience, fin juillet 2009, le journaliste s’était évanoui. L’organisation est extrêmement inquiète à son sujet.

Voici de brefs portraits de ces six journalistes.

- Pap Saine, directeur de publication du quotidien indépendant The Point et correspondant pour Reuters :

Âgé de 59 ans, ce journaliste est également membre fondateur de l’Union de la presse gambienne (GPU). Il a reçu plusieurs prix en Gambie et à travers l’Afrique. Pap Saine a deux femmes et cinq enfants. Ami d’enfance du journaliste assassiné en décembre 2004, Deyda Hydara, Pap Saine a travaillé en étroite collobaration avec lui jusqu’à sa mort avant de reprendre la direction du journal. Il souffre de problèmes cardiaques qui nécéssiteraient l’implantation d’un pacemaker. Cette opération ne pouvant être pratiquée en Gambie, le journaliste a tenté, à plusieurs reprises, de se rendre au Sénégal. Mais les autorités gambiennes l’en ont empêché.

- Sarata Jabbi-Dibba, vice-présidente de la GPU :

Cette mère de deux enfants, dont un fils de sept mois, Mamadou, est agée de 27 ans. Après avoir étudié au lycée musulman de Banjul, elle a commencé à travailler en tant que journaliste indépendante en 2002, couvrant notamment les affaires judiciaires pour le quotidien indépendant The Point. Sarata a rapidement gagné la confiance du rédacteur en chef de The Point, Deyda Hydara, qui lui a confié une rubrique consacrée à la contribution des femmes dans la communauté gambienne. En mars 2008, elle a été élue vice-présidente de la GPU.

- Ebrima Sawaneh, rédacteur en chef de The Point :

Père de deux enfants, Ebrima est âgé de 37 ans. Il travaille en tant que journaliste depuis dix ans.


- Pa Modou Faal, trésorier de la GPU :

Âgé de 37 ans et père de deux enfants de deux et cinq ans, il est le trésorier de la GPU et travaille comme reporter pour le quotidien The Point.


- Sam Sarr, rédacteur en chef du journal d’opposition Foroyaa :

Diplômé d’un master en mathématiques et en physique au Royaume-Uni en 1976, Sam Sarr a décidé de rentrer en Gambie pour enseigner. L’actuel président Yahya Jammeh fut son élève lorsque Sam Sarr enseignait au lycée "The Gambia" à Banjul

- Bai Emil Touray, secrétaire général de la GPU :

Jeune homme tout juste marié et sans enfant, Bai Emil Touray travaille pour le journal d’opposition Foroyaa et occupe le poste de secrétaire général du GPU. Il est le seul soutien financier de sa famille et exerce la profession de journaliste depuis dix ans. Il souffre d’asthme et d’un ulcère, son état de santé est fragile.

Le 6 août, ces journalistes, ont été condamnés à 2 ans de prison. Les autorités leur reprochent d’avoir publié un communiqué appelant le président Yahya Jammeh à reconnaître la responsabilité de son gouvernement dans l’assassinat, en 2004, du journaliste Deyda Hydara, alors correspondant de Reporters sans frontières.

Lire le dernier communiqué

  • Sarata Jabbi-Dibba
  • Ebrima Sawaneh
  • Sam Sarr
  • Pap Saine
  • Pa Modou Faal
  • Deyda Hydara

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums