Reporters sans frontières

Procès des deux journalistes suédois : une des trois accusations abandonnée

Procès des deux journalistes suédois : une des trois accusations abandonnée

Publié le jeudi 3 novembre 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières apprend avec soulagement que la justice éthiopienne a abandonné, le 3 novembre 2011, l’accusation de "participation à une activité terroriste" portée contre le reporter Martin Schibbye et le photojournaliste Johan Persson de l’agence Kontinent, actuellement en procès à Addis Abeba. Les deux hommes restent cependant accusés de "soutien à un groupe terroriste" et d’"entrée illégale sur le territoire éthiopien".

Leur procès a été suspendu et doit reprendre le 6 décembre prochain. En attendant, les deux journalistes sont toujours maintenus en détention.

"Nous espérons que la justice abandonnera également l’accusation de ’soutien à un groupe terroriste’. Johan Persson et Martin Schibbye sont des journalistes reconnus et n’ont rien à voir avec des terroristes. Ils n’ont fait qu’entrer en Ogaden sans les documents nécessaires, et ce parce que cette région reste fermée aux médias. Leur objectif était d’informer sur ce qu’il se déroule dans cette zone", a déclaré Reporters sans frontières.

Les deux journalistes suédois avaient été arrêtés le 1er juillet 2011 alors qu’ils venaient d’entrer en Ethiopie, via la Somalie, avec des membres du Front national de libération de l’Ogaden (ONLF), un groupe qualifié de "terroriste" par le gouvernement éthiopien. A l’ouverture de leur procès, en octobre dernier, ils avaient reconnu être entrés illégalement en Ethiopie mais avaient plaidé non coupables des deux accusations de participation et de soutien à un groupe terroriste.


18.10.2011 - Procès des deux journalistes suédois : coupables avant l’heure ?

Le procès des deux journalistes suédois Martin Schibbye et Johan Persson, accusés "d’activités terroristes" et de "violation des lois éthiopiennes d’immigration" s’est ouvert le 18 octobre 2011 à Addis Abeba. Reporters sans frontières sera attentive au déroulement du procès et rappelle le caractère infondé des accusations de terrorisme portées contre les deux reporters qui ne faisaient que leur métier.

"Les propos du Premier ministre éthiopien Meles Zenawi dans une récente interview au quotidien norvégien Aftenposten, accusant les deux journalistes d’être les "messagers d’une organisation terroriste", ne laissent rien présager de bon. L’issue de leur procès est-elle déjà tracée avant même l’ouverture de celui-ci ?, a déclaré Reporters sans frontières. Nous demandons au gouvernement éthiopien de reconsidérer son application extensive de la loi anti-terroriste dans le but de juger des journalistes locaux et étrangers. Nous appelons également les autorités suédoises à donner à cette affaire toute l’importance qu’elle mérite. L’Union Européenne doit, quant à elle, se pencher sur ce dossier et se servir de ses relations avec l’Ethiopie pour parvenir à une issue acceptable", a-t-elle conclu.

Le reporter Martin Schibbye et le photojournaliste Johan Persson de l’agence Kontinent, avaient été arrêtés le 1er juillet 2011 alors qu’ils étaient entrés illégalement en Ogaden (Sud-Est), avec le Front national de libération de l’Ogaden (Ogaden National Liberation Front - ONLF), afin d’enquêter sur les atteintes aux droits de l’homme perpétrées dans la région.

A l’époque des faits, le ministre des affaires étrangères suédois Carl Bildt avait vivement critiqué les deux journalistes pour s’être rendus dans une région déconseillée aux civils par son ministère. Le silence du corps diplomatique qui avait suivi ces déclarations a, depuis, été lourdement critiqué par les médias et les comités de journalistes aux niveaux national et international. Inculpés depuis le 6 septembre 2011 d’ "activités terroristes" et de "violations des lois éthiopiennes sur l’immigration" sans même la présence d’un avocat, les deux journalistes risquent une peine très lourde pouvant aller jusqu’à la prison à vie s’ils sont reconnus coupables.

Photo : Martin Schibbye et Johan Persson.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums