Reporters sans frontières

La diffusion du groupe Al Jazeera rétablie

La diffusion du groupe Al Jazeera rétablie

Publié le lundi 18 février 2013.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 12 février 2013, la diffusion des programmes du groupe qatari Al Jazeera a repris en Erythrée pour la totalité des téléspectateurs.

Douze jours plus tôt, le régime d’Asmara avait bloqué l’accès aux chaînes du groupe. Très rapidement, leur diffusion avait été rétablie sur les grosses paraboles payantes utilisées dans la plupart des lieux publics (hôtels, cafés et restaurants), tandis qu’elle restait bloquée sur les petites paraboles domestiques.


04.02.2013 - Le régime d’Asmara bloque l’accès à Al Jazeera

Reporters sans frontières déplore les mesures de censure prises par les autorités érythréennes, le 1er février 2013, à l’encontre des chaînes du groupe qatari Al Jazeera.

D’après le journal Al-Sharq, basé au Qatar, Asmara reproche à Al Jazeera de diffuser des reportages sur les manifestations menées devant les ambassades d’Érythrée dans plusieurs pays. Des Érythréens en exil se sont en effet rassemblés au Caire, à Londres, à Francfort, Rome, Stockholm et dans plusieurs autres capitales pour protester contre le régime et témoigner leur soutien aux soldats mutins qui avaient pris d’assaut le ministère de l’Information, à Asmara, le 21 janvier dernier. Plus d’informations.

Le ministère érythréen de l’Information a publié, le 1er février 2013, un décret interdisant à quiconque se trouvant sur le territoire de fournir un accès à Al Jazeera. Les lieux publics tels que les restaurants, cafés et hôtels sont spécifiquement visés par cette mesure. Pour garantir le respect de ces consignes, les chaînes en langue anglaise du groupe Al Jazeera sont brouillées.

"Dans ce pays sans presse privée et où l’information nationale et en langue locale est strictement contrôlée par le régime, les médias étrangers ne sont que ’tolérés’. A l’évidence, la limite à ne pas franchir est de couvrir l’actualité érythréenne", a déclaré Reporters sans frontières.

Interrogé par l’organisation, Amanuel Ghirmaï, journaliste de la station érythréenne indépendante Radio Erena, basée à Paris, confirme : "Ces blocages traduisent la volonté des autorités érythréennes, connue depuis plusieurs mois, d’empêcher tous les médias étrangers diffusant des informations sur l’Érythrée d’émettre sur le territoire. Al Jazeera est le premier média, après Radio Erena, à subir cette censure".

Créée en 2009 par des journalistes érythréens en exil et soutenue par Reporters sans frontières, Radio Erena a fait l’objet de multiples attaques du gouvernement de Issaias Afeworki depuis août 2012. Une plainte contre X a été déposée en France, par RSF, auprès du procureur de la République pour que la lumière soit faite sur les piratages de cette radio indépendante. Toutes les informations sur l’Érythrée et Radio Erena.

Coupée du monde depuis le virage autoritaire et les grandes rafles de septembre 2001, et plus grande prison d’Afrique pour les journalistes avec au moins une trentaine d’entre eux incarcérés, l’Érythrée figure à la dernière place du classement mondial de la liberté de la presse publié par Reporters sans frontières le 30 janvier dernier.

Photo Credit : Revolt Asmarino via Compfight cc

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums