Reporters sans frontières

Le harcèlement juridique contre Zeljko Peratovic doit cesser

Le harcèlement juridique contre Zeljko Peratovic doit cesser

Publié le vendredi 26 novembre 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières dénonce les nouvelles poursuites prononcées par le ministre de l’Intérieur Tomislav Karamarko à l’encontre de Zeljko Peratovic. Depuis plus de deux ans, le journaliste fait l’objet d’une multitude de procédures intentées par Tomislav Karamarko, qui l’accuse entre autres de diffamation, d’atteinte au secret de l’instruction et d’avoir « divulguer des informations de nature à troubler l’ordre public (voir communiqué du 15 janvier 2009). Zeljko Peratovic a dénoncé à plusieurs reprises l’obstruction pratiquée par le ministre dans l’enquête sur la mort de Milan Levar, un témoin protégé du Tribunal pénal international pour l’ex-Yougoslavie (TPIY) décédé dans l’explosion de sa voiture, le 28 août 2000 à Gospic.

Le 12 novembre 2010, le parquet de Zagreb a engagé une nouvelle procédure pénale contre Zeljko Peratovic pour violation du secret de l’enquête ouverte à son encontre. Le journaliste avait publié le 1er août 2009 sur son blog les procès-verbaux des dépositions de plusieurs témoins cités par le ministre de l’Intérieur devant le Tribunal dans le cadre de l’affaire qui les opposait. Tomislav Karamarko a porté plainte en septembre 2009 arguant que les informations publiées étaient de nature à mettre en danger les témoins. Entendu par la police en novembre 2009 et interrogé en mars 2010 par le parquet, Zeljko Peratovic devra à nouveau faire face à un procès dont la date n’a pas encore été fixée.

Les documents auxquels Zeljko Peratovic a fait référence sur son blog sont déjà publiés sur plusieurs autres sites web sans que ces derniers aient été inquiétés par le ministre. La sécurité des témoins apparaît comme un simple prétexte.

La stratégie du ministre de l’Intérieur, qui relève du harcèlement juridique, vise clairement à empêcher Zeljko Peratovic de travailler librement en le contraignant à s’occuper en permanence de ses procès et à le lier au respect du secret de l’instruction, ne lui permettant pas de se défendre publiquement. Comme il l’avait tenté en 2009, Tomislav Karamarko espère vraisemblablement convaincre le tribunal d’interdire à Zeljko Peratovic de diffuser de l’information pour une durée indéterminée, le privant de fait d’exercer toutes activités journalistiques sur son blog ou dans d’autres médias.

Nous sommes par ailleurs scandalisés par la nouvelle enquête que les services sociaux ont ouverte contre Zeljko Peratovic visant à démontrer que le journaliste ne prendrait pas soin de sa fille. Une enquête similaire avait déjà été effectuée par les mêmes services en 2009 et avait démontré que les accusations anonymes de pédophilie qui visaient Zeljko Peratovic ne reposaient absolument sur rien. Les travailleurs sociaux ont vainement chercher depuis plus d’un an à retrouver les voisins anonymes qui auraient fait part de leurs "inquiétudes" et qui auraient dénoncé Zeljko Peratovic. Si les accusations de pédophilie ont logiquement été abandonnées depuis, les services sociaux, à la demande du procureur, entendent désormais vérifier si le journaliste prends soin de l’intégrité physique et morale de sa fille.

Fort curieusement, cette nouvelle audition requise par le procureur auprès des services sociaux s’ouvre en même tant que ce dernier engage les nouvelles poursuites. Nous appelons les services sociaux à faire preuve d’impartialité, d’indépendance et de cohérence, et à clôturer définitivement ce dossier qui n’est étayé par aucun témoignage crédible et ne repose sur aucun fait avéré.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums