Reporters sans frontières

43529

Accueil - Asie - Chine

Liu Xia, l'embrasure d'une fenêtre pour seul espace de liberté

Liu Xia, l’embrasure d’une fenêtre pour seul espace de liberté

Publié le vendredi 12 octobre 2012. Mis à jour le samedi 13 octobre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières diffuse une vidéo montrant l’artiste Liu Xia, en résidence surveillée depuis octobre 2010. L’organisation s’insurge contre la suppression des libertés fondamentales de l’épouse du lauréat 2010 du Prix Nobel de la Paix Liu Xiaobo, alors même qu’elle ne fait l’objet d’aucune condamnation judiciaire.

“Les pressions exercées sur les proches de Liu Xiaobo, et particulièrement sur Liu Xia, doivent cesser immédiatement. La surveillance dont elle fait l’objet est non seulement inacceptable mais aussi totalement illégale. Liu Xia est victime d’un harcèlement psychologique pour la simple raison qu’elle est l’épouse de Liu Xiaobo. Nous exigeons immédiatement la fin de cet emprisonnement qui ne dit pas son nom”, a déclaré l’organisation.

“La vidéo de Liu Xia que nous diffusons aujourd’hui, bien que très courte et peu explicite, n’en demeure pas moins lourde de sens. Fumer une cigarette à sa fenêtre fait partie des rares libertés qui ne lui ont pas été supprimées. Les difficultés pour obtenir ces images indiquent également l’isolement auquel elle est soumise, et le danger qui pèse sur tous ceux qui souhaitent s’approcher de son domicile”, a déclaré Reporters sans frontières

“Nous continuons de réclamer la remise en liberté immédiate de Liu Xiaobo : sa détention constitue une grave violation des droits de l’homme au regard des normes internationales et en particulier de l’article 19 du Pacte International sur les droits civils et politiques, pourtant signé par le gouvernement chinois”, a déclaré Reporters sans frontières.

Peu après la diffusion de la vidéo, le dissident Hu Jia, également assigné à résidence, a fait parvenir un message à Reporters sans frontières :

"Liu Xiaobo et Liu Xia sont mes amis. Lui et moi avons été condamnés et emprisonnés par le Parti communiste pour ’incitation à la subversion du pouvoir de l’Etat’. Depuis deux ans, Liu Xia est illégalement isolée. Ma femme, Zeng Jinyan, a connu le même sort. Nous comprenons tout à fait la douleur de Liu Xiaobo et de Liu Xia" ,a déclaré Hu Jia.

"En emprisonnant le prix Nobel de la Paix, en plaçant son épouse en résidence surveillée, et en faisant d’elle une prisonnière politique, le Parti communiste chinois viole les droits de l’homme. Ce geste constitue une honte pour la Chine."

"En tant que citoyen chinois, j’ai la responsabilité d’aider Liu Xiaobo et Liu Xia à briser leurs chaînes, de me battre pour leur liberté. Depuis un mois, je vois plus clairement encore la solitude et l’impuissance de Liu Xia. Par cette déclaration, je demande à la communauté internationale et à la population chinoise de veiller à la liberté de Liu Xiaobo et de Liu Xia. Crions de concert pour faire pression sur les dictateurs", a t-il conclut.

Depuis quelques mois, les autorités accentuent leurs pressions sur Liu Xia, en résidence surveillée depuis octobre 2010. Selon desinformations obtenues par la BBC, deux policiers vivent en permanence à son domicile, tandis que d’autres, en civil, surveillent en permanence l’extérieur de son immeuble. Seuls des contacts avec sa mère et quelques amis lui sont permis. Ses déplacements sont très limités et surveillés.

Liu Xiaobo est toujours incarcéré dans la prison de Jinzhou, située dans la province du Liaoning (Nord-Est), sans véritable contact avec sa famille malgré des dispositions légales censées prévoir des visites régulières. Seuls trois personnes sont autorisées à rendre visite à Liu Xiaobo : son épouse, Liu Xia qui aurait un droit de visite tous les deux ou trois mois, et ses deux frères, qui peuvent se rendre à la prison de Jinzhou deux fois par an.

Les visites doivent être individuelles (sauf exceptions), prévues longtemps à l’avance, et sont intégralement surveillées. Les autorités pénitentiaires contrôlent étroitement les sujets des conversations entre Liu Xiaobo et ses proches, et veillent à ce qu’aucune information provenant de l’extérieur ne soit transmise à l’écrivain.

Alors que l’identité du lauréat du prix Nobel de la Paix 2012 est sur le point d’être annoncée, Reporters sans frontières relaie le communiqué de presse du Comité de Soutien à Liu Xiaobo, dont elle fait partie.

Comité de soutien à Liu Xiaobo

Communiqué de presse - 11.10.2012

A la veille de la désignation d’un nouveau lauréat du Prix Nobel de la Paix, le Comité de soutien à Liu Xiaobo réitère son appel à une mobilisation de la communauté internationale en faveur de la libération de l’écrivain chinois Liu Xiaobo, Prix Nobel de la Paix 2010, distingué pour ses "efforts durables et non violents en faveur des droits de l’homme en Chine".

Liu Xiaobo purge actuellement une peine de onze ans de prison, pour avoir écrit en faveur des libertés et de la démocratie et pour avoir participé à la rédaction de la "Charte 08", manifeste endossé par plus de dix mille citoyens chinois, prônant la pluralité des partis politiques, l’indépendance de la justice et le respect des droits fondamentaux.

Il est incarcéré depuis décembre 2008 et se trouve actuellement dans la prison de Jinzhou1, située dans la province du Liaoning, sans véritable contact avec sa famille au mépris de la légalité. Seuls trois personnes sont autorisées à rendre visite à Liu Xiaobo : son épouse, Liu Xia, qui aurait un droit de visite tous les deux ou trois mois, et ses deux frères qui peuvent se rendre à la prison de Jinzhou deux fois par an. Les visites doivent être individuelles (sauf exceptions), programmées longtemps à l’avance, et sont intégralement surveillées. Les autorités pénitentiaires contrôlent étroitement les sujets des conversations entre Liu Xiaobo et ses proches, et veillent à ce qu’aucune information provenant de l’extérieur ne soit transmise à l’écrivain.

Le traitement dont Liu Xiaobo fait l’objet constitue une grave violation des droits de l’homme au regard des lois internationales et des dispositions de la Constitution chinoise.

Les autorités accentuent également leurs pressions sur Liu Xia, en résidence surveillée depuis octobre 2010, et rendent ses conditions de vie quotidienne impossibles. Deux policiers vivraient en permanence à son domicile, tandis que d’autres, en civil, surveilleraient en permanence l’extérieur de son immeuble.

Face à l’inflexibilité et la surdité des autorités, le Comité de soutien à Liu Xiaobo, appelle les instances internationales et les gouvernements nationaux à intensifier leurs efforts pour permettre la libération seul Prix Nobel incarcéré dans le monde.

Contact du Comité de soutien : comiteliuxiaobo@gmail.com

Le Comité de soutien à Liu Xiaobo est composé de : Action des chrétiens pour l’abolition de la torture (ACAT), Agir pour les Droits de l’Homme (ADH), Comité de soutien au peuple tibétain (CSPT), Christian Solidarity Worldwide (CSW), Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM), Fédération internationale des ligues des droits de l’Homme (FIDH), Freedom Now, Human Rights Watch (HRW), Human Rights Foundation (HRF), International Campaign for Tibet (ICT), Ligue des droits de l’Homme (LDH), Reporters sans frontières (RSF), Global Justice Center (GJC), Ensemble Contre la Peine de Mort (ECPM) et Solidarité Chine.

Les lauréats du Prix Nobel de la Paix : Dr. Shirin Ebadi, Mme Jody Williams, Arch. Desmond Tutu, Mme Mairead Maguire, Mme Betty Williams et Mme Tawakkol Karman avec le soutien initial de Mr. Vaclav Havel.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums