Reporters sans frontières

“Le pluralisme réel ne peut se développer dans un cadre de régulation hérité de la dictature”

“Le pluralisme réel ne peut se développer dans un cadre de régulation hérité de la dictature”

Publié le lundi 10 septembre 2012. Mis à jour le mardi 11 septembre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

A l’heure où le Chili se remémore le coup d’État du 11 septembre 1973, Reporters sans frontières appelle solennellement les autorités politiques et administratives - en lien avec les organisations professionnelles et les représentants concernés de la société civile - à promouvoir un nouveau cadre régulateur en matière de communication. L’espoir d’un pluralisme réel, tenant compte de la diversité des moyens d’expression et d’information, ne peut avoir lieu dans un statu quo hérité des années Pinochet (1973-1990), et dont la remise en cause est aussi au principe des mouvements sociaux actuels.

“La dépénalisation des délits de presse, en particulier la diffamation, reste d’actualité au Chili, quand l’Argentine ou le Brésil ont franchi le pas en 2009. A cet enjeu s’ajoute celui, primordial, d’une législation assurant l’équilibre de l’espace de diffusion pour les différents types de médias, de statut public, privé ou communautaire. Reporters sans frontières en a soutenu le principe dans d’autres pays de la région, où une telle loi est soit adoptée, soit à l’étude, tout en demeurant très vigilante quant à ses conditions d’application. La recherche d’équilibre doit s’accompagner de garanties d’indépendance”, a déclaré l’organisation.

La fin des médias publics ?

Le débat resurgit alors que s’annonce la liquidation définitive, le 24 septembre prochain, du quotidien La Nación, employant une trentaine de journalistes, et détenu à 70 % par l’État et à 30 % par des actionnaires privés. Le début de présidence de Sebastián Piñera, en 2010, a signé la fin de l’édition imprimée du journal, dont ne subsiste plus que la version en ligne. La disparition programmée de La Nación fait notamment craindre aux organisations professionnelles le renforcement d’une concentration déjà élevée de la presse écrite au seul avantage des deux groupes privés nationaux dominants : El Mercurio et Copesa (éditeur du quotidien La Tercera). Dans le domaine audiovisuel, la même crainte porte sur la privatisation de la Télévision Nationale (TVN), qui pourrait bientôt faire l’objet d’une loi.

Radios communautaires en marge

Le décret loi 20.433 de mai 2010, instituant les Services de radiodiffusion communautaire et citoyenne, devrait en théorie permettre au sous-secrétariat aux télécommunications (Subtel) de dégager un espace de fréquences pour les radios communautaires d’une puissance inférieure ou égale à 25 watts. Ce projet implique la nécessaire cession ou réaffectation de fréquences, le consortium Iberoamericana Radio Chile (propriété du groupe espagnol PRISA) en détenant à lui seul 211.

Or, le 21 août dernier, PRISA a refusé de signer un accord en ce sens, élaboré pendant un an par la Subtel et des représentant du secteur radiophonique. Rejetant des ajustements techniques pour ses propres radios, le groupe a subordonné son approbation du texte à la garantie de renouvellement de certaines de ses fréquences, dont doit décider la Cour d’appel de Santiago. Reporters sans frontières se joint à l’Association mondiale des radiodiffuseurs communautaires (AMARC) pour exiger l’application de l’accord établi par la Subtel, à laquelle PRISA n’a pas à dicter ses conditions.

L’autre principal problème pour les diffuseurs communautaires concerne le très répressif article 36B de la loi générale de télécommunications 18.168. Celle-ci, adoptée en 1982 sous la dictature, prévoit toujours des peines de prison ferme en cas de diffusion sans fréquence légale. C’est notamment à l’appui de l’article 36B (rajouté après la dictature) qu’ont été confisqués, le 28 août dernier à Collipulli (Araucanie), les équipements de la station communautaire Radio Vecina, et son représentant Víctor Díaz détenu pendant dix heures. Trois autres cas récents de menaces d’application de l’article 36B ont été portés à la connaissance de Reporters sans frontières : celui de la radio indigène Mapuche Kimche Mapu, toujours en Araucanie, celui de Radio Lógica en région métropolitaine (Santiago) et celui de Radio Galáctika dans les environs de Valparaíso. L’organisation réclame l’abrogation pure et simple d’une disposition légale criminalisant de petits médias qui attendent, pour beaucoup, leur régularisation depuis plus de dix ans.

Enfin, alors que les protestations sociales et étudiantes reprennent de l’ampleur, Reporters sans frontières espère ne pas voir se reproduire les détentions, parfois brutales, de photographes présents dans les cortèges, comme celles des deux indépendants Juan Pablo Reyes et Tamara Carrasco, le 26 août ; celle du photographe de La Nación Esteban Garay, le 28 août ; ou encore celle, le lendemain, de son collègue du site Factor Absoluto Víctor Arce.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums