Reporters sans frontières

43545

Accueil - Asie - Cambodge

Tentative d'intimidation de Radio Free Asia et Voice of America par les autorités

Tentative d’intimidation de Radio Free Asia et Voice of America par les autorités

Publié le mercredi 17 octobre 2012. Mis à jour le jeudi 25 octobre 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 10 octobre 2012, les autorités cambodgiennes ont convoqué les représentants des radios américaines Radio Free Asia (RFA) et Voice of America (VOA) à une réunion du Conseil des ministres, officiellement organisée, entre autre chose, pour “renforcer la qualité du professionnalisme” des journalistes, selon le porte-parole du gouvernement, Phay Siphan. Mais lors de cette entrevue, la couverture par les médias de deux importantes affaires récentes a été directement mise en cause : il s’agit de la mort de l’activiste écologiste et fixeur Chut Wutty et de la condamnation du journaliste Mam Sonando.

Reporters sans frontières et le Centre cambodgien pour les médias indépendants dénoncent une tentative discrète d’intimidation des médias indépendants dans le pays.

“Cette critique du professionnalisme des journalistes n’a eu lieu que parce que ceux-ci avaient couvert la remise en cause quasi unanime, de la légitimité de la sentence prononcée contre Mam Sonando et l’indignation de nombreux membres de la société civile concernant l’abandon de l’enquête sur le meurtre de Chut Wutty”, ont déclaré les organisations.

“Si nous condamnons la multiplications des menaces et des interférences sur les activités de RFA et de VOA depuis le début de l’année, nous également tenons à rappeler notre indignation concernant les décisions de la justice cambodgienne dans la condamnation de Mam Sonando et vis-à-vis de l’enquête sur la mort de Chut Wutty, deux affaires lourdes d’implications pour la liberté de la presse. Nous appelons le gouvernement cambodgien à modifier radicalement son attitude à l’égard des médias, qui a déjà fortement entaché la situation de la liberté de l’information dans le pays,” ont conclu Reporters sans frontières et le Centre cambodgien pour les médias indépendants.

La réunion du Conseil des ministres à laquelle les journalistes de RFA et de VOA ont été convoqués le 10 octobre 2012 était fermée au public. Seuls étaient présents des officiels cambodgiens et des représentants de l’ambassade américaine au Cambodge.

Chris Decherd, directeur de service de VOA Khmer (VOA Khmer service chief), a déclaré que “La radio continuera à émettre et à faire des reportages en suivant les mêmes objectifs et la même manière de travailler que nous l’avons fait durant plus de 50 ans”. “Ces citoyens qui sont nos auditeurs (...) méritent une qualité de l’information en laquelle ils peuvent avoir confiance”, a-t-il déclaré.

Radio Free Asia a quant à elle affirmé que “ le gouvernement cambodgien ne comprend clairement pas les principes de la liberté de la presse ni le rôle essentiel des médias indépendants s’il pense qu’il peut intimider RFA et lui dicter ce qu’elle peut, ou non, diffuser.” RFA a également ajouté qu’elle “continuerait à diffuser sur tous les sujets à partir du moment où ils sont d’intérêt public, de manière précise et objective”.

Le 4 octobre 2012, le juge en charge de l’enquête sur le meurtre de Chut Wutty avait annoncé que les recherches n’iraient pas plus loin et que Ran Boroth, principal suspect dans cette affaire, présent dans les bois le jour où Chut Wutty a été tué, serait acquitté et relâché au cours du mois.

Le 1er octobre 2012, Mam Sonando, propriétaire de la radio indépendante Beehive, âgé de 71 ans, avait été condamné par le tribunal de Phnom Penh à une peine de vingt ans de prison pour “insurrection” et “incitation au maniement d’armes contre l’Etat”.

Depuis le début de l’année, RFA et VOA ont fait l’objet de plusieurs violations de la liberté d’informer. En septembre 2011, VOA avait été menacé de l’ouverture de poursuites judiciaires pour “outrage à la Cour” et accusé d’avoir “révélé des informations confidentielles”.

Le Cambodge figure à la 117ème place, sur 179 pays, dans leclassement mondial 2011-2012 de la liberté de la presse établi par Reporters sans frontières.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums