Reporters sans frontières

Un commentateur sportif abattu à Goiânia ; la piste professionnelle explorée

Un commentateur sportif abattu à Goiânia ; la piste professionnelle explorée

Publié le lundi 9 juillet 2012.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EnglishEspañol

Commentateur sportif pour la station privée locale Rádio Jornal 820 AM, Valério Luiz de Oliveira, 49 ans, a été tué par balles dans l’après-midi du 5 juillet 2012 à Goiânia, capitale de l’État de Goiás (Centre-Ouest). Cet assassinat porte à quatre le nombre de journalistes tués en lien probable ou avéré avec leur activité, depuis le début de l’année au Brésil.

“En adressant aux proches et aux collègues de Valério Luiz notre plus sincère sympathie, nous espérons que l’affaire aboutira rapidement à une élucidation. La piste professionnelle est prise au sérieux par les enquêteurs au vu de menaces qu’aurait préalablement reçues la victime. Si le nombre de collègues brésiliens tués au cours des derniers mois est dramatiquement élevé, nous devons constater de réels efforts des autorités pour que justice soit rendue, comme dans la récente affaire Décio Sá”, a déclaré Reporters sans frontières.

Valério Luiz quittait les locaux de sa station de radio et s’apprêtait à démarrer sa voiture lorsqu’une moto a subitement stationné à sa hauteur. Le ou les occupants du deux-roues ont alors ouvert le feu à six reprises en direction du journaliste, décédé quelques minutes plus lors de son transport en ambulance. Aucun effet personnel ne lui a été dérobé, ce qui exclut donc la thèse du vol. Le mode opératoire des assassins porte la marque d’une exécution commanditée.

L’édition en ligne du quotidien Globo, G1, souligne que certaines personnes interrogées dans le cadre du dossier, et qui ont préféré conserver l’anonymat, ont fait mention de menaces de mort dont Valério Luiz avait été la cible. Le commentateur devait une part de sa réputation à ses propos parfois très vifs et à un tempérament polémique. Il avait suivi la même voie que son père, Mané de Oliveira, autre chroniqueur sportif connu.

Sans négliger aucune piste, les enquêteurs tentent, pour l’heure, d’établir l’existence d’un lien entre cet assassinat et la profession du défunt.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums