Reporters sans frontières

Mobilisation face aux menaces de saisie d'une chaîne de télévision par une centrale ouvrière

Mobilisation face aux menaces de saisie d’une chaîne de télévision par une centrale ouvrière

Publié le lundi 17 octobre 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer EspañolEnglish

Répondant à l’appel de Sebastián Obermaier, prêtre allemand et dirigeant de la Fondation Corps du Christ (FCC) et de sa chaîne affiliée Canal 57-CVC, des habitants d’El Alto (périphérie de La Paz) organisent un siège depuis le 14 octobre 2011 contre une tentative de saisie de la chaîne, annoncée une semaine plus tôt dans un manifeste par la Centrale ouvrière régionale (COR) de la ville.

Le manifeste de la COR, dont Reporters sans frontières a reçu copie, menace de saisie les médias en conflit avec les organisations sociales affiliées au syndicat, dont “Radio Bartolina Sisa, Canal 57 et d’autres” (article 3). L’article 10 de ce même document prône l’instauration d’un “tribunal de presse” chargé de punir les “maîtres chanteurs et les mauvais journalistes”. Les auteurs du manifeste revendiquent, sur ce dernier point, la loi d’autonomies, qui reconnaît sous certaines conditions l’exercice de juridictions communautaires.

“Les revendications adressées par la COR à la chaîne et à sa fondation de tutelle n’autorisent en rien à saisir illégalement un média ni à s’ériger en censeur envers les journalistes. La COR doit abroger ce manifeste haineux et liberticide. Le gouvernement a appelé à l’apaisement. Il doit garantir à Canal 57-CVC et à ses employés une reprise d’activités. Nous espérons que la négociation réclamée par la COR facilitera ce retour à la normale”, a déclaré Reporters sans frontières.

Depuis la nuit du 13 octobre, les employés de Canal 57-CVC, dorment dans les locaux de la chaîne afin d’en protéger le matériel. Le lendemain, Wilfredo Mamani Hidalgo, influent leader d’une fédération de travailleurs informels affiliée à la COR - également directeur de FM 88.5 Radio Comercio, sans fréquence légale - est arrivé sur les lieux avec une camionnette aux vitres teintées, sans plaques, suivi d’un camion de fort tonnage dans l’espoir de récupérer le matériel de scénographie du programme “Mi Barrio“ qu’il avait dirigé jusqu’en août dernier.

Environ deux cents personnes ont répondu à l’appel du curé Obermaier, dans la soirée du 14 octobre, afin de faire obstacle à Wilfredo Mamani. En direct de Canal 57-CVC, le leader syndical a assuré qu’il venait seulement chercher du matériel et qu’il s’opposerait à une saisie du média à l’initiative de la COR. Agressé par les soutiens de Canal 57-CVC, Wilfredo Mamani a dû être conduit à l’hôpital. Reporters sans frontières condamne également ces actes de violence.

L’épisode a suscité une condamnation unanime des organisations professionnelles, comme l’Association des journalistes de la Paz (APLP) et, côté patronal, l’Association nationale de presse (ANP). Le vice-président Alvaro García Linera a, quant à lui, demandé aux dirigeants syndicaux de n’entreprendre aucune action contre les médias, et à ceux-ci, en retour, de “s’autoréguler et s’auto-corriger”. Par la voix de son dirigeant local Remigio Condori, la COR a garanti qu’aucune action immédiate ne serait envisagée contre Canal 57-CVC d’ici à la convocation d’une prochaine réunion avec l’évêque d’El Alto Jesús Juárez. La Centrale réclame à la Fondation Corps du Christ de “nouvelles actions sociales” en faveur des nombreux travailleurs du secteur informel.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums