Reporters sans frontières

39921

Accueil - Afrique - Bénin

Une émission de RFI sur la réélection du président Boni Yayi "mystérieusement" perturbée

Une émission de RFI sur la réélection du président Boni Yayi "mystérieusement" perturbée

Publié le jeudi 31 mars 2011.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 29 mars 2011, dans la matinée, l’antenne de Radio France Internationale (RFI) a été perturbée à Cotonou, à l’heure de diffusion de l’émission "Appels sur l’actualité", de l’animateur Juan Gomez. Celle-ci était consacrée à l’élection présidentielle du 13 mars dernier, qui a vu la réélection, au premier tour, avec 53% des suffrages, du président sortant, Boni Yayi. Ces résultats ont été contestés par des partis de l’opposition qui, au cours de la semaine, ont organisé des manifestations durement réprimées par les forces de l’ordre.

Le 24 mars, deux journalistes couvrant l’une de ces manifestations ont été pris à partie et blessés par la police. Il s’agit de Seydou Choubade, journaliste au quotidien Le Nokoué, et Séverin Gandonou, photojournaliste au quotidien 24 heures au Bénin.

"Appels sur l’actualité", émission phare de RFI et connaissant un fort succès en Afrique, est le rendez-vous interactif des auditeurs de cette station.

"Il est difficile de ne pas penser que cette perturbation fait suite à une intervention volontaire des autorités. RFI a été coupée au Bénin à l’heure exacte où allait se tenir un débat sur l’actualité dans le pays. A-t-on voulu empêcher les auditeurs de commenter les résultats de l’élection, d’exprimer leurs doutes, et d’informer l’opinion internationale sur leurs ressentiments ? Nous demandons aux autorités béninoises de fournir sans délai des explications sur cette suspension temporaire d’antenne", a déclaré Reporters sans frontières.

C’est la deuxième fois en moins d’un an que l’antenne de RFI est perturbée au Bénin. Au mois d’août 2010, la station internationale avait vu ses émissions suspendues arbitrairement, pendant une demi journée, suite à un reportage de sa correspondante à Cotonou faisant état des poursuites engagées, devant la Haute Cour de justice, par des députés de l’opposition contre le chef de l’Etat. Cette démarche de l’opposition faisait suite à une vaste affaire d’escroquerie connue sous le nom d’"Affaires ICC Services", impliquant des personnalités au sommet de l’Etat. RFI avait pu émettre à nouveau suite à une intervention de l’ambassadeur de France au Bénin.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums