Reporters sans frontières

Plusieurs journalistes victimes de violences en marge de l’élection présidentielle

Publié le jeudi 21 février 2008.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Le 19 février 2008, au moins trois journalistes ont fait l’objet de violences ou de mesures entravant leur travail alors qu’ils couvraient le déroulement de l’élection présidentielle à Erevan. Dans les jours qui ont suivi, l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE) a indiqué que la victoire de l’ancien Premier ministre Serge Sarkassian avait été obtenue dans le respect des normes internationales, mais que des améliorations étaient encore nécessaires.

“Nous demandons à la justice arménienne de traiter avec sérieux ces agressions. Nous rappelons que ces journalistes ne faisaient que leur travail”, a déclaré Reporters sans frontières.

Le 19 février, la journaliste Lusine Barsegian a été envoyée par la rédaction du quotidien d’opposition Aïkakan Jamanak dans le bureau de vote 1316 où elle avait eu connaissance de fraudes électorales. Elle a pu photographier plusieurs infractions : votes hors de l’isoloir, bourrages d’urnes. Les responsables du bureau de vote lui ont demandé de quitter les lieux, mais la correspondante a indiqué que sa présence était légale. Deux jeunes hommes lui ont ensuite pris son dictaphone et son appareil photo avant de la passer à tabac. Les témoins présents dans la salle - dont un représentant de la police - ne sont pas intervenus. La journaliste a été transférée à l’hôpital et le parquet général a ouvert une enquête.

Le même jour, Samvel Avagyan, collaborateur du quotidien Haïk, se trouvait à proximité d’un marché d’ Erevan lorsqu’il a vu des policiers distribuer des bulletins de vote aux personnes présentes. Celles-ci sont ensuite montées dans des bus avant d’être conduites dans des bureaux de vote. Le journaliste a voulu interroger les personnes présentes dans le bus, mais il lui a été proposé de rencontrer le directeur du marché qui répondrait à ses questions. Au cours de la discussion une dispute a éclaté et le dictaphone du journaliste lui a été pris de force.

Et Ovsep Ovsepian, cameraman pour la chaîne de télévision A1+, a été agressé par des inconnus alors qu’il sortait de sa voiture. Les assaillants lui ont pris ses enregistrements et ont tenté de détruire sa caméra. Après avoir vu dans la voiture de la victime un tract du candidat d’opppositon Levon Ter-Petrossian, l’un des agresseurs a insulté Ovsep Ovsepian.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums