Reporters sans frontières

32929

Accueil - Afrique - Angola

Le journaliste William Tonet interdit de sortir du pays, l'acharnement envers son média se poursuit

Le journaliste William Tonet interdit de sortir du pays, l’acharnement envers son média se poursuit

Publié le mercredi 13 mai 2009.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières condamne l’interdiction de sortie du territoire émise à l’encontre de William Tonet, directeur du bihebdomadaire indépendant Folha 8 (F8). Ce journaliste subit les pressions des autorités angolaises depuis la création de son journal en 1995.

"L’acharnement que subit ce journaliste et la mise en cause de ses publications sont inacceptables et doivent cesser rapidement. Ce nouvel incident, symptomatique du manque de liberté de la presse en Angola, est inquiétant. Nous demandons aux autorités angolaises de garantir une totale liberté de mouvement au journaliste", a déclaré l’organisation.

William Tonet a pris connaissance de son interdiction de sortir du territoire, le 9 mai 2009, alors qu’il se rendait en Namibie. Les agents de la Police des migrations lui ont signifié la mesure au poste frontalier de Santa Clara, situé à 40km au sud d’Ondjiva, dans la province de Cunene (sud du pays). Les autorités lui ont également confisqué son passeport. Le journaliste souhaite le récupérer par la voie d’une note officielle qui lui permettrait de porter plainte contre les agents du Service des migrations.

Selon William Tonet, cette décision ferait suite à un article paru le 4 avril 2009 concernant l’assassinat du président de la Guinée Bissau, "Nino" Vieira, et de son chef d’état-major, le général Tagmé Na Waié. Cet article était illustré également des photos des deux cadavres prises à la morgue après leur autopsie.

Le procureur général de la République, le général João Maria Moreira de Sousa, a inculpé le journaliste ainsi que son collègue, Arlindo Santana, pour "crime d’abus de la liberté de la presse par violation du principe du respect dû aux morts" mais également pour "incitation, à travers un média, à la pratique du crime ou à l’apologie du fait criminel", car ils mettaient en garde les autorités angolaises sur l’éventualité d’un coup d’Etat similaire à cause de la présence de groupes d’opposition haineux. Lors de l’instruction, l’interdiction de sortie du territoire n’a été signifiée à aucun moment.

En 2007, F8 avait rendu compte de l’affaire ’Miala’, du nom du général Fernando Garcia Miala qui avait été limogé et condamné à deux ans de prison. Le magistrat en charge de cette affaire, à l’époque, était l’actuel procureur général de la République qui met aujourd’hui en cause le journaliste. William Tonet et son journal ont fait l’objet de 69 plaintes émises à leur encontre depuis 1995.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums