Reporters sans frontières

Reporters sans frontières demande au gouvernement d’étendre le droit à la protection des sources

Publié le vendredi 17 mars 2006. Mis à jour le lundi 20 mars 2006.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Reporters sans frontières demande au gouvernement allemand d’étendre le droit à la protection des sources pour les journalistes d’investigation. Bruno Schirra, journaliste indépendant, et Johannes von Dohnanyi, chef du service étranger de l’hebdomadaire suisse SonntagsBlick, ont été inculpés de « complicité de divulgation de secret d’Etat » par le parquet, le 15 mars 2006. Ces deux journalistes devront comparaître devant un tribunal pénal pour avoir prétendument « trahi » un secret d’Etat.

Le procureur de Postdam reproche à Bruno Schirra d’avoir divulgué, dans un article publié par le magazine politique Cicero, des éléments d’un rapport confidentiel de la police allemande sur le réseau Al-Qaïda que le responsable du SonntagsBlick est accusé de lui avoir transmis. Cinq mois après la parution de l’article, la police avait violé le droit à la confidentialité de l’information, inscrit dans la Constitution allemande aux articles 10 et 19, en perquisitionnant les locaux du magazine.

Reporters sans frontières se félicite des initiatives parlementaires entreprises actuellement par le Parti libéral et le Parti des Verts au Bundestag (Parlement) visant à introduire dans le code pénal une plus grande protection des journalistes et de leurs informateurs.

L’organisation proteste vivement contre les chefs d’inculpation retenus par le procureur, refusant de considérer le droit à la protection des sources dans cette affaire. Elle invite les autorités à prendre en compte l’importance pour le public des informations révélées par les journalistes, ayant présumé l’existence de liens entre l’Iran et un des chefs d’Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui.

Reporters sans frontières demande donc au gouvernement d’abandonner les poursuites à l’encontre de Bruno Schirra et Johannes von Dohnanyi. Les fouilles menées et les accusations à leur encontre détournent l’attention du fait que la fuite semble provenir d’un département de l’Etat allemand, et empêcher les journalistes d’utiliser des sources anonymes dans leurs recherches.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
close
close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums