Reporters sans frontières

RSF inquiète suite à la perquisition des locaux d'Al-Atlas TV

RSF inquiète suite à la perquisition des locaux d’Al-Atlas TV

Publié le mercredi 12 mars 2014.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer

Reporters sans frontières dénonce la perquisition arbitraire d’Al-Atlas TV le 11 mars 2014. Selon le témoignage du directeur de la chaîne, Hichem Bouallouche, recueilli par Reporters sans frontières, neuf gendarmes en civil munis d’un mandat de perquisition du procureur de Sidi M’hamed ont pénétré au siège de la chaîne à Birkhadem dans la banlieue d’Alger. Au même moment, la gendarmerie est intervenue dans les studios situés à Baba Ali (25 km au sud d’Alger). Au cours de la perquisition, la totalité des caméras ont été saisies, et les journalistes de la chaîne ont été interrogés pendant plusieurs heures, après avoir été empêchés de quitter les bureaux.

La chaîne a cessé d’émettre et ses studios sont sous scellés. D’après le site d’informations Algérie Focus, les autorités algériennes auraient fait pression sur le prestataire jordanien Noorsat Satellite pour qu’il cesse d’émettre le signal d’Al-Atlas TV.

“Nous condamnons fermement cette perquisition et la mise sous scellés des studios d’Al-Atlas TV sans motif valide. De telles mesures arbitraires constituent une atteinte grave à la liberté de l’information ainsi qu’un précédent inquiétant. Nous exhortons les autorités à restituer à la chaîne l’intégralité du matériel saisi et à lever la mise sous scellés des studios. Toute procédure judiciaire éventuelle doit être abandonnée. Il est capital que les autorités favorisent et garantissent une couverture médiatique équitable et pluraliste de la campagne électorale actuellement en cours”, déclare Soazig Dollet, Responsable du bureau Moyen-Orient & Afrique du Nord à Reporters sans frontières.

Selon Hichem Bouallouche, le mandat de perquisition présenté par les gendarmes était “flou”. Il aurait été émis suite à une plainte déposée contre la chaîne. Le directeur de la chaîne estime qu’Al-Atlas TV est visée par les autorités en raison de sa ligne éditoriale critique à l’encontre du gouvernement actuel, et plus spécifiquement envers le président Bouteflika. En cause également, la couverture des manifestations d’opposants à un quatrième mandat de Bouteflika pour l’élection présidentielle du 17 avril prochain.

Reporters sans frontières a publié un Guide pratique du journaliste en période électorale.

L’Algérie occupe la 121ème place sur 180 pays dans le classement 2014 de la liberté de la presse établi par l’organisation.

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums