Reporters sans frontières

Top Channel condamné à une amende record de 400 000 euros

Top Channel condamné à une amende record de 400 000 euros

Publié le mercredi 23 juin 2010.
Version imprimable de cet article Imprimerenvoyer l'article par mail envoyer English

Reporters sans frontières dénonce la décision prise par le Tribunal de première instance de Tirana de condamner la chaîne de télévision privée Top Channel à payer 400 000 euros de dommages et intérêts à l’ancien ministre de la Culture, du Tourisme, de la Jeunesse et du Sport, Ylli Pango. Le 4 mars 2009, Top Channel avait diffusé dans son émission Fiks-tarif une enquête que la rédaction avait menée sur les agissements de l’ancien ministre qui usait de ses prérogatives professionnelles et de sa position dominante pour contraindre des jeunes femmes à des relations sexuelles en échange de leur éventuel engagement professionnel. Top Channel avait envoyé une équipe de journalistes féminines munies de caméra cachée pour confirmer la véracité de ces accusations. (voir la vidéo diffusée sur Top Channel : http://www.youtube.com/watch?v=B8B3...)

« Nous sommes abasourdis par la décision du tribunal et par le montant sans précédent de l’amende infligée à Top Channel. L’abus de pouvoir aussi ouvertement pratiqué par un ministre est un sujet d’intérêt public et doit être traité librement par la presse. La décision prise par Top Channel de diffuser cette vidéo était totalement justifiée et parfaitement légitime. Cette condamnation est inacceptable et constitue une véritable atteinte à la liberté de la presse. Nous attendons que la justice albanaise fasse preuve d’une véritable indépendance en annulant en appel cette amende injustifiée et en proclamant tout simplement le non-lieu » a déclaré Reporters sans frontières

Dans un entretien qu’il a accordé à Reporters sans frontières, Bledar Zaganjori, rédacteur en chef de Top Channel a également fait part de son incompréhension : « Nous ne comprenons pas cette décision. Nous avons démontré qu’un représentant de l’Etat avait un comportement totalement inacceptable. Ce type de pratique doit être condamné et dénoncé, dans la sphère privée à plus forte raison dans la sphère publique quand on occupe de telles fonctions. Certes l’ancien ministre a été heureusement démissionné, mais il n’a, à notre connaissance, jamais été inquiété par la justice dans cette affaire. Les faits sont pourtant graves. En revanche, la justice n’hésite pas à nous condamner à une amende totalement disproportionnée. C’est une première en Albanie. »

CLASSEMENT MONDIAL

ENNEMIS D'INTERNET

FICHES PAYS

close
Contact | Les actions de Reporters sans frontières | Mentions légales | CGU | La boutique | Les albums